Les constructeurs de smartphones, pour la plupart, se sont mis à la conception de smartphones pliables, avec plus ou moins d’entrain. Ce qui est sûr, c’est que la construction de ce type d’appareil comporte des contraintes techniques importantes. Qu’en est-il au niveau de l’écran par exemple ? Toutes les technologies ne permettent pas une souplesse infinie des appareils. Rétrospective dans notre article.

Les contraintes du LCD pour les smartphones pliables

Avant tout chose, il faut savoir qu’il existe deux principales technologies : le LCD et le OLED. D’autres existent, mais sont globalement basées sur l’une des deux technologies. Il s’agit de deux approches tout à fait différentes.

La technologie LCD fonctionne par filtrage de la lumière pour afficher les images à l’écran, en exploitant deux propriétés spécifiques des cristaux liquides : leur orientation lorsqu’ils sont soumis à un courant électrique et leur capacité à modifier ainsi la polarisation de la lumière qu’ils laissent passer. En d’autres termes, la technologie LCD crée des pixels dans deux couches de verre et de matériau aux propriétés polarisantes grâce aux cristaux liquides à l’intérieur. Concrètement, lorsqu’un courant électrique est effectué, ils fonctionnent en bloquant la lumière qui passe via le filtre polarisant. De nos jours, cette technologie est extrêmement bien maîtrisée, et est utilisée un peu partout.

Malheureusement, cette technologie possède une contrainte rédhibitoire pour les smartphones pliables. En effet, elle ne peut pas vraiment se passer de système de rétroéclairage. Celui-ci rend l’écran rigide, plus épais.

De plus, cette technologie consomme de l’électricité, ce qui amène l’utilisateur à devoir recharger la batterie de son smartphone plus souvent.

La technologie OLED pour les écrans pliables

La technologie OLED se base à contrario sur des composés organiques qui émettent directement de la lumière lorsqu’ils sont traversés par un courant électrique.

Ils possèdent des avantages non négligeables, comme leur finesse et les utilisations possibles. En outre, ils peuvent être utilisés sur des matériaux flexibles, ce qui est justement le principe des écrans flexibles, dans le cas d’un smartphone qui pourrait se plier ou se rouler.

En outre, en comparaison au LCD, ils consomment autant de courant qu’il y a de pixels allumés et la retranscription des tons sombres est tout à fait différente, puisque l’éclairage ne s’effectue que sur les parties de l’écran qui a besoin d’afficher une image.

En revanche, l’inconvénient majeur que l’on retrouve pour cette technologie est le prix. Il reste relativement élevé malgré leur démocratisation. De plus, les composés sont obsolètes plus rapidement que les composés liquides que l’on retrouve dans les écrans LCD. De nombreuses études et recherches sont en cours sur les écrans OLED, les avancées technologiques vont bons trains et évoluent rapidement, compte tenu de l’enjeu financier de telles nouveautés chez les constructeurs d’écran.

L’exemple du smartphone pliable FlexPai

Royole a dévoilé le FlexPai, premier smartphone doté d’un écran OLED pliable à être commercialisé. Le mobile pliable possède un écran de 7,8 pouces et se plie à 180 degrés. Il est possible de l’acheter pour la (non modique) somme de 1 388 euros. Une fois replié en deux, il se transforme en smartphone à trois écrans : un en façade, un sur la tranche et un à l’arrière.

Au niveau de l’épaisseur, bien que le pliage du téléphone soit une contrainte majeure et tout à faire nouvelle sur le marché, il est de 7,6 mm, ce qui est un très bon ratio, compte tenu de la taille de l’écran (presque 8 pouces). En revanche, il est beaucoup plus lourd et plus épais une fois plié. Son poids est de 320g, et le pliage ne lui permet pas d’être totalement à plat.

L’usure des écrans des smartphones pliables

Les écrans OLED ont tendance à être moins résistants sur le long terme que les écrans LCD, mais la contrainte du pliage oblige les constructeurs de téléphone pliables à utiliser cette technologie.

Et qu’en est-il de l’usure de l’écran, compte tenu de la manipulation du pliage ? Il faut dire que peu d’études ont été menées là-dessus. Peu de téléphones pliables sont en vente de manière massive, et ils restent anecdotiques sur le marché du smartphone. Ce dernier tend tout de même à se diversifier et les consommateurs sont avides de nouvelles technologies, telles que les téléphones pliables. Le marché est en expansion, et nous devrions voir apparaitre de plus en plus de smartphones de ce type dans notre quotidien.

Si on reprend le cas du smartphone pliable FlexPai, selon le constructeur Royole, l’écran peut supporter 200 000 pliages. Ce qui est un nombre suffisamment important pour permettre une utilisation quotidienne durant toute la durée de vie du produit.

Une fuite d’information à propos du modèle Galaxy X de Samsung, annonce que l’écran est quant à lui plus fragile que la moyenne, et aucune protection type Gorilla Glass ne semble prévue par le constructeur. Lors de la conférence, Samsung s’était contenté de préciser que l’écran était très fin, sans parler de cette contrainte, évidemment peu reluisante.

L’interface logiciel sur les différents écrans

Concernant FlexPai, pour que les écrans s’adaptent au pliage, l’interface de son système d’exploitation Water OS (dérivé d’Android 9.0) a été perfectionné et travaillé de manière à s’adapte à la pliure et aux différentes faces du smartphone lorsqu’il est plié.

Pour le Galaxy X, il bénéficie quant à lui d’un partenariat avec Google, l’interface Android s’adapte à la perfection à la révolution des écrans flexibles. Il est ainsi possible de faire plusieurs actions en même temps sur les deux écrans. Vous pouvez désormais lire l’actualité à gauche, pendant que vous recherchez une recette pour le dîner du soir à droite ! Toutefois, lors du déploiement de l’écran, l’application va automatiquement passer en mode grand format, explique Google. Grâce à une fonctionnalité intitulée « fenêtre multi-active », vous pourrez aussi afficher jusqu’à 3 applications en simultané sur l’écran déplié. Avec ces options, Samsung veut faire du Galaxy X un outil idéal pour augmenter votre productivité, à la manière des Galaxy Note, une gamme orientée professionnelle.